Contact

Administration ketty.dauphin@paris-nuit.fr 01 45 32 32 32

Rédaction contact@paris-nuit.fr 01 45 32 06 36

Alexandre Habibi - Directeur de la Rédaction

Jean-Paul Viart - Rédacteur en Chef

David Champbertauld - Rédacteur en Chef adjoint

Service commercial veronique.menu@paris-nuit.fr 01 45 32 01 56

Logo desktop

L’info qui vous sort de chez vous !

Bars, restaurants à ambiance musicale et clubs en France

News

Contrôles : une méthode à trouver !

Le quotidien La Voix du Nord vient de révéler qu’une opération de contrôle dans les établissements de nuit de Calais a été menée par une trentaine d’agents de police et de l’URSAAF lors de ce dernier week end. Huit établissements ont été ainsi vérifiés à l’initiative du Procureur de la République de Boulogne sur Mer. Si l’on peut comprendre les vérifications menées par l’administration sur la législation en vigueur dans tous les métiers, y compris ceux de nuit, on ne peut que déplorer la méthode. Quand ce type d’intervention est déployée cela signifie pour l’établissement d’arrêter la musique et de cesser sur le champ son activité. Une perte sèche et une contre publicité qui est désastreuse quand l’économie du tourisme connait un si fort recul. A l’heure où les propriétaires d’établissements font montre d’un professionnalisme évident, il y a sans doute mieux à trouver pour mesurer si l’ensemble de la règlementation est respectée.

“Menés de minuit à 2 h, ces contrôles avaient pour but d’assurer le respect de la nouvelle réglementation pour les bars à ambiance musicale, concernant la mise à disposition d’éthylomètres pour les clients. Il s’agissait, également, de vérifier la conformité des contrats de travail” explique notre confrère de la Voix du Nord. “Le bilan de l’opération fait état de trente-huit infractions relevées dans six des huit établissements contrôlés. La plupart des infractions sont d’ordre purement administratif : des gérants ont été dans l’incapacité de présenter des documents tels que des attestations de gérance ou de formation, ou certaines ardoises ne comportaient pas toutes les indications de rigueur. Quelques contraventions au code de la santé publique ont été observées : manque de bouteilles de boissons soft au comptoir, absence d’happy hour sans alcool.”